RECHERCHE SUR LA SUBSTANCE SONORE

Cette recherche est une exploration de multiples concepts liés aux sons. Nous pensons que la perception d'une architecture se construit à travers la diversité des perceptions sensorielles. Ainsi, la synthèse entre l'art de l'espace et l'art du temps nous renseigne simultanément sur la nature d'un lieu et sa valeur d'usage, sa destination.Nous chercherons à comprendre ce "caractère sonore" et comment il est intimement lié aux propriétés géométriques et matérielles d'un espace. Nous sommes convaincus du potentiel du son comme matériau capable d'aider à la conception d'une architecture riche de sens.Notre objectif : élargir notre champ d'investigation en tant qu'architecte et artiste et poser les bases, certes incomplètes mais nécessaires, à l'idée d'initier une réflexion collective sur la matière sonore.Ce recueil fragmentaire aborde 9 sujets : matière sonore, espace, variabilité, émancipation, silence, ambiance, sensorialité, volume sonore, déambulation, etc. Un compte-rendu des potentialités exprime les différentes expériences concrètes.







UNE ÎLE POUR LES MINORITÉS

Il s'agit d'un centre d'expression identitaire, conçu comme le Nouveau Programme Nécessaire à la Métropole. Sa potentialité : donner aux minorités en errance un lieu d'échange, de partage, de lutte pour se manifester et s'exprimer, comme alternative aux plateformes connectées et aux réseaux sociaux. La plateforme agit comme un condensateur social, où les gens se rencontrent entre minorités et militent ensemble pour faire valoir leurs droits. Ces minorités sont attirées par cet espace coloré pour consommer et cultiver leurs différences, pour se sentir en sécurité pour être elles-mêmes, pour se rejoindre et s'organiser autour de valeurs communes. Nous prenons l'intensité de la métropole et la mettons dans une plateforme au milieu des champs. Cela reprend l'idée des grands festivals, des lieux euphoriques, un monde parallèle qui se nourrit de l'intensité métropolitaine.







PALAIS SPÉCULATIF

Le Palais spéculatif est situé à quelques coudes du fleuve, il surplombe le quai du Grand Canal, c'est une figure maniériste, qui n'idéalise pas une grande révolution, mais plutôt le changement d'une époque qui nous appartient, et qui coud la permanence de la ville. Un bar (hôtel) examine les besoins de la société ; une structure néo-constructiviste (squelette utilitariste) l'élève ; un quai social l'anime ; un Palais consultatif (Organisation économique) pour le Nouveau Monde le fait fonctionner ; une écluse (centrale hydroélectrique) l'alimente. Un abri qui génère du commun pour les hommes ; une composition capable de capter leur flux, ergonomes comme utilisateurs, et de les faire converger, le tout visant à accompagner l'état des mondes de dissimilarité entropique maximale, où la métaphore implique le sens civique de l'architecture.





©ARLAB 2021